mercredi 25 octobre 2017

Samaroli 2017 - partie 1 (ou 2 en fait)

Samaroli Logo
 
J'aurais pu essayer de faire un jeu de mots un peu lourd mais non.
 
Et "partie 2" tout simplement parce que, si on y pense bien, la dégustation des six premiers produits 2017 se trouve ici (bon si vous voulez juste les notes de dégustation, il faudra un peu scroller mais c'est là, promis).
 
Ayant eu la chance de passer derrière le stand Samaroli lors du dernier Salon du Rhum (une sombre histoire d'oubli de Master-Class), j'en ai profité pour récupérer des samples des produits que je n'avais pas eu l'occasion d'approfondir avant cet évènement spirituel et spiritueux.
 
Il me reste donc à aborder :
- le Carribean Rum ;
- le Trinidad ;
- le Jamaica Rhapsody ;
- le Demerara Vertical ;
- l'Over The World ;
- ... et la bête de l'année (chez Samaroli du moins), l'Hampden !
 
En toute logique, j'aurais dû vous sortir un billet sur le salon de la tequila et du mezcal ou sur le Gin Discovery avant ça mais les circonstances (en gros, Madame avait un colloque hier soir) ont fait que j'ai pu me pencher sur les trois premiers produits précités.
On va dire qu'il s'agissait de ceux qui me tentaient "le moins" (c'est comme pour la nourriture depuis que je suis tout petit en fait : je m'arrange pour terminer par ce qui me fait le plus envie).
 
Bref.
 
Ayant déjà fait le point plus longuement sur Samaroli (mais allez donc cliquouiller sur les liens hypertextes ci-dessus si ça ne vous parle pas ^^), je vous propose de passer directement à la découverte des produits en question.
 
Note préalable : Cette fois, je ne dispose pas de toutes les infos quant aux distilleries et années de vieillissement donc on va faire avec ce qu'on a.
Notez bien, j'ai sollicité les infos, on verra si je les obtiens ;-)
Et histoire de ne pas aller retrifouiller dans un article éventuellement déjà publié (pour une raison, qui m'échappe, Blogger est un rien capricieux casse-couilles niveau mise en page...), je vous indiquerai les infos éventuellement obtenues en commentaire (ça peut servir à ça aussi ^^).
 
Sur ce, place à la dégustation :
 

Carribean Rum :

Vraisemblablement un small batch nous venant d'on ne sait où (un peu de Barbades ... ou pas ... ??), distillé on ne sait quand et embouteillé en 2017 (ça on sait mais on n'a pas beaucoup de mérite) à 48° (soit un degré plus élevé que d'habitude).
Série limitée à 306 bouteilles.
Carribean Rum     Carribean Rum - sample
 Oui, la photo de la bouteille est plus grande que d'habitude ...
(parce qu'elle faisait naine sinon à côté du sample :p)

Le verre nous offre un bel or léger à reflets dorés.

Au nez, on est sur quelque chose de doux, pâtissier et avec un peu de coco.
Il y a - sur celui-ci aussi - quelque chose qui passe par-dessus le reste et qui est assez difficilement identifiable ; des notes beurrées ?
En cherchant bien, on décèlera quelques notes florales et fruitées qui vont et viennent.
A noter que l'évolution nous emmène plus vers un produit que l'on qualifiera de "forain" avec des notes douces et rondes de sirop (oui, type sirop d'érable. Un rhum-lacquemant, je lance le concept ^^).

La bouche est d'emblée plus épicée et présente une légère amertume typée fruits à coque et sous bois (oui, oui) tout en gardant une rondeur fruitée (fruits frais et marmelade avant de partir sur des notes plus sirupeuses) sous jacente.
Enfin, c'est astringent , il y a du bois et des tanins.

Niveau rétro-olfaction, c'est chaud, l'amertume se fait un rien plus intense et les épices sont toujours là.

La finale est moyenne et reste sur cette chaleur amère et épicée avant de faire un petit retour vers des notes plus douces (plus fruitées).

Le verre vide part lui sur des notes de fruits et des notes plus végétales (une sensation de sous-bois ... Ca serait ça le truc un peu bizarre perçu initialement ??).

Un produit sympa. Sans plus.
 

Jamaica Rhapsody Blended Rum :

Bon ben là c'est clairement écrit, c'est un blend donc y retrouve du jus de plusieurs distilleries jamaïcaines (et ça c'est sympa hein !).
Même problème que plus haut niveau provenance et dates de distillation.
Toujours embouteillé en 2017 (maintenant vous connaissez la chanson) au degré habituel de 45°.
Série limitée à 432 bouteilles.
Jamaica Rhapsody Blended Rum     Jamaica Rhapsody Blended Rum - sample
Le design est déjà plus sympa sur celle-ci.
(et cette légende n'est absolument pas pertinente, je le reconnais)

 
Une robe un rien plus légère que le précédent nous dévoile ainsi un produit de couleur paille à reflets dorés.
 
Le nez ne trompe pas un seul instant : on est bien en Jamaïque, sans aucune hésitation ! J'aime beaucoup !
Et donc :
- solvant léger : check !
- explosion de fruits (carrément confits ici les fruits. D'ailleurs, en parlant de fruits, on est clairement sur les fruits exotiques mais aussi - dans une moindre mesure - les fruits rouges, ce qui est plus surprenant) : check !
- douceur agréable (notes pâtissières) : check !
- fraîcheur (si, si, il y a des notes mentholées assez légères) : check !
Le tout étant parfaitement intégré.
Au nez, c'est clairement une jolie porte d'entrée - relativement facile d'accès - à l'univers jamaïcain où le côté fruité prendra le dessus sur la longueur.

En bouche, c'est tout aussi typé Jam' qu'au nez et, très honnêtement, c'est tant mieux !
On a donc du solvant en entrée de bouche qui nous amènera sur des notes fruitées (un rien moins intenses cette fois) mais surtout vers une ribambelle d'épices qui amènent encore plus de peps à l'ensemble.
Ca donne vraiment l'impression de se trouver face à un bon gros dessert aux fruits exotiques flambés et aux épices (poivre) : Top !
En fin de bouche, une légère amertume vient rééquilibrer la rondeur du produit (rassurez-vous, c'est hyper léger).

La rétro-olfaction restera sur des notes chaudes d'épices fines et de fruits exotiques.
On y retrouvera également la touche de fraicheur perçue au nez avec ce petit côté mentholé tout en finesse.

La finale n'est pas beaucoup plus longue que la précédente et reste sur cette chaleur agréablement épicée et fruitée.
Ca s'arrondit encore un peu sur la longueur avec une éventuelle touche de ce que l'on qualifiera d'"amertume chocolatée".

Pas beaucoup plus évolutif que le précédent mais bien plus à mon goût, vraiment !
 

Trinidad Rum :

Ici, tout de suite, on a un peu (beaucoup) plus d'info : il s'agit d'un produit nous venant de la distillerie Fernandes (comme ce n'est pas Caroni, on retrouve donc derrière cette "petite" distillerie le mastodonte Angostura Holding Limited), distillé en 1999 et embouteillé après 18 ans à 45°.
Série limitée à 420 bouteilles.
Trinidad Rum     Trinidad Rum - sample
Tout de suite l'étiquette me plait mieux.
(après, j'aurais vous parler de la forme de la bouteille, ... estimez-vous heureux ^^)

La verre présente un rhum à la robe dorée et aux reflets soutenus.

Le nez est ... particulier ! Clairement, ce n'est pas un Caroni (ça on le savait et sinon on s'en doutait).
On fait face à un truc acidulé qui ne me plait vraiment pas.
On va le laisser aérer un certain temps. Ce qui est une bonne idée parce qu'il développera ensuite un profil bien plus vanillé (influence du fût ?) et fruité (qui évoluera beaucoup vers les agrumes) même si cette petite touche acidulée est toujours présente.
Une fraicheur (florale ?) intéressante se fait également sentir.
C'est finalement plus intéressant qu'il n'y parait.

Et là arrive la partie de la dégustation où le liquide arrive en bouche, ce qui est logique, j'en conviens, mais qui va complètement me bloquer.
Car oui, à partir de là, je n'aurai plus qu'un mot à la bouche : PAMPLEMOUSSE !!!
...
Moi aussi ça m'a surpris. Vraiment. Vraiment vraiment beaucoup en fait.
Ca m'a tellement surpris que je n'ai plus senti que ça ...
Allez, pour être objectif, on va dire que l'entrée de bouche est peut être un rien plus liquoreuse sur un côté sucré type fleur de sureau (c'est bref) mais après ça part à fond sur le pamplemousse !
C'est relativement peu épicé.

La rétro-olfaction ne va pas nous emmener bien loin : pamplemousse mais avec encore moins d'épices.

La finale sera - sans surprise - très pamplemousse : douceur, amertume, légère acidité, ... Pamplemousse quoi.

Le verre vide se révèlera cette fois encore assez intéressant avec un retour sur des arômes plus herbacés et floraux.

Une expérience particulière en somme. Après j'aime bien le pamplemousse donc voilà.
 
Conclusion de cette deuxième escale dans l'univers Samaroli ?
Très honnêtement, une dégustation en demi-teinte.
Pas que ça soit mauvais, loin de là mais ce n'était pas vraiment à mon goût : j'ai trouvé le premier trop "passe-partout" et le dernier trop pamplemousse (ça c'est quand même vachement louche, il faudra que je me repenche là-dessus dans un futur plus ou moins proche pour confirmer cette impression). Seul le blend jamaïcain sortait du lot.
 
A bientôt pour la suite (et fin) de la découverte des produits de la gamme 2017 (après j'ouvrirai mes samples de 2016 ^^).
 
 
Rhum n' Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire